traduction allemand français

Traduire vos idées

La reconnaissance vocale de retour sur Mac !

Depuis l'anéantissement de ViaVoice par IBM, iListen restait seul en lice au rayon des logiciels de reconnaissance vocale sur la plateforme Mac. MacSpeech, son éditeur, renouvelle aujourd'hui sa gamme en présentant Dictate. Il en profite pour changer de monture et adopter le moteur de reconnaissance vocale de Naturally Speaking, dont le grand avantage, hormis sa précision, est d'être polyglotte. Autrement dit, la version anglaise que MacSpeech s'apprête à sortir en février va être suivie de versions allemande, française, italienne et espagnole.
Bonne nouvelle pour les forçats du clavier que sont les traducteurs !

Source : AppleInsider

Faites vos comptes ! Oui, mais comment ?



1. Le principe
Le comptage du nombre de signes contenus dans un texte est une étape décisive autant pour juger de la faisabilité d’un projet de traduction dans le temps imparti (tel délai demandé est-il tenable compte tenu de la productivité et de la difficulté du texte à traduire) que pour chiffrer un texte avant d’établir une offre de prix.

Le traducteur et son client sont donc mêmement intéressés par cette question.

L’unité servant de référence peut varier d’un pays à l’autre ou selon les usages. En France, et dans le reste du monde, il s’agit généralement du mot, décompté dans le texte à traduire (langue source). Il en va autrement dans les pays de langue allemande, où il est d’usage de compter à la ligne. Celle-ci est calculée sur la base de 55 caractères (ou 52, quand ce n’est pas 50 : attention à la différence pour comparer les offres de prix). Comptés traditionnellement dans le texte… d’arrivée (langue cible). Quand ce n’est pas, de plus en plus, dans le texte de départ, pour des raisons de praticité et de mimétisme avec l’usage majoritaire dans les autres pays…
Bref, tout cela n’est pas fait pour assurer la transparence, ni pour faciliter le choix de l’acheteur de traductions.

Aussi sera-t-il inspiré de s’en tenir à deux principes :
- ne pas se laisser abuser par un prix unitaire (avec un prix d'appel qui peut être artificiellement tiré vers le bas) ;
- demander un devis portant sur la totalité du projet et incluant un prix final.

En plus de constituer un document contractuel, le devis permet à l’acheteur de glaner d’autres informations et de se faire une idée plus complète de la manière dont le traducteur appréhende un projet (délais, démarche qualité, services annexes, approche globale du projet, qui sont autant de vecteurs de la valeur ajoutée). Tant il est vrai que le prix n’est que l’un des critères de la prise de décision.

Qu’il s’agisse de compter des signes (à raison de 55 par ligne) ou des mots, la fonction d'analyse de Word fera l’affaire dans la plupart des cas. Rappelons qu’elle est accessible via le menu Outils > Statistiques.


2. La méthode
Tout se passe bien lorsqu’il s’agit d’un document Word et d’un seul fichier, mais qu’en est-il s’il y a une kyrielle de documents à chiffrer ou si le format est plus exotique ?
La solution consiste alors à recourir à un programme spécialement dévolu à cette tâche ingrate (avant l’ère du scanner et du tout-numérique, la seule solution pour chiffrer un projet de traduction était de compter à la main Happy).

Si la diversité est de mise en la matière sous Windows (on citera Anycount, Finecount ou encore Practicount), il n’en est pas encore de même sur Mac. Arrêtons-nous sur le cas de Word Counter qui, tout spartiate qu’il soit, a le mérite d’exister et de s'acquitter correctement de sa tâche.

Word Counter, un utilitaire pour les traducteurs


Efficace et dépouillée, l’interface se présente sous la forme d’une fenêtre dans laquelle on vient glisser-déposer les fichiers à compter. La liste des documents s’affiche alors, avec le décompte individuel et global du nombre de mots et de caractères. Le programme se double d’une analyse du nombre d’occurrences des mots figurant dans le texte. Word Count sait analyser les documents .doc (MS Word), .txt, .rtf, .htm, .html, .wordml (MS Word XML), .php, .xml et quelques autres encore. Manquent à l’appel PowerPoint, Excel et quelques autres. Des lacunes qui, je l’espère, seront comblées dans de prochaines mises à jour.

Fenêtre de décompte des textes à traduire


Arrivé dans sa version 2.6 il y a quelques semaines, Word Counter est disponible gratuitement. Il est édité par Supermagnus Software.

Typographie et documentation multilingue

Typographie, traduction et documentation multilingue

La dernière livraison de l'Adobe Magazine comporte un article fort intéressant sur le choix de la bonne police de caractères pour diffuser ses documents à l'échelle internationale. Au-delà des considérations typographiques abordées, il rappelle une vérité qu'il faut marteler : avant de les autoriser à la publication, faites relire vos documents mis en page dans une langue étrangère par un spécialiste qui maîtrise parfaitement cette langue !

C'est en effet le seul moyen de vous mettre à l'abri de certaines mauvaises surprises telles que les blocs de texte intervertis, les coupures de mots malencontreuses et autres erreurs typographiques fâcheuses, qui entament la crédibilité du message que vous voulez faire passer.

Les occasions seront nombreuses de revenir ici sur les moyens d'optimiser ce processus, dernière étape où le travail du traducteur est impliqué avant que le relais soit passé à l'imprimeur ou au webmestre.
Vous avez un avis sur le sujet, des questions ? Abonnez-vous au flux RSS, réagissez dans les commentaires et parlons-en ensemble ! Happy

La CS3 arrive…

InDesign CS3
Nous y voilà. Après avoir dévoilé la dernière mouture de sa Creative Suite le 27 mars 2007, Adobe commence à livrer la version européenne de ses produits. Outre les fonctions créatives (effets Photoshop, dégradé vers la transparence) ou productives (importation multiple de fichiers, styles de tableau, personnalisation des espaces de travail), mises en avant par Adobe, InDesign CS3 apporte également quelques nouveautés pour les rédacteurs/traducteurs :

- Puissantes fonctions de rechercher-remplacer (intégration du standard GREP)
- Rechercher/remplacer sur un calque spécifique
- Gestion des puces et numérotations améliorée
- Introduction des variables de texte
- Meilleure gestion des documents longs
- Dictionnaires supplémentaires

Voilà. Il ne reste plus qu'à s'armer de patience avant de pouvoir user ses griffes sur la bête puisque Adobe annonce des délais de livraison aux alentours de la deuxième quinzaine de juillet…